Vous êtes ici
Accueil > Bien-être > Osez la coupe menstruelle !

Osez la coupe menstruelle !

Attention : âmes sensibles s’abstenir !

 Si la vue du sang vous dégoûte (y compris quand c’est le votre), si vous n’êtes pas à l’aise avec votre corps et que ça vous convient, passez votre chemin et allez plutôt lire ce billet-ci.

Car pour vous parler de la coupe menstruelle, je vais devoir aborder l’un des derniers tabous touchant le corps de la femme, les règles !

C’est un sujet santé et même si vous êtes une vraie princesse, chaque mois un liquide pailleté et multicolore s‘écoule de vous (ou pas), vous rappelant que vous êtes une femme.

La coupe, pour celle d’entre vous qui n’en ont pas encore entendu parler (il y en a ?), c’est un petit réceptacle vaginal en silicone médical destiné à être inséré (dans le vagin) pour recueillir le sang pendant les menstruations. On la met et on la retire avec les doigts (c’est technique, on en reparle après).

Elle a de nombreux avantages et quelques inconvénients.

Quand on discute entre nanas, celles qui en portent et les autres, ça me fait penser aux discussions entre végétariens/véganes et les omnivores, beaucoup sont tentées mais n’osent pas franchir le cap.

Alors je vais essayer de vous dire ce qu’il en est vraiment.

Car ce qui vous rebute le plus (d’après enquête) c’est la manipulation.

Pour celles qui portent des lentilles de vue, je vous dirai que c’est à peu prêt la même chose : au début ça parait très technique, on n’a pas envie de se mettre le doigt dans l’œil, puis on prend le coup de main et après on n’y pense plus, ça se fait tout seul et on ne reviendrait plus en arrière.

Personnellement, j’ai mis très longtemps à franchir le cap à cause de ce blocage sur la manip’.
Puis j’ai entendu parler du syndrome du choc toxique et j’ai vu ce documentaire, « tampon, notre ennemi intime ».

Et je me suis interrogée.

Comment se fait-il que je fasse attention à la composition des produits que je mange, à ce que je mets sur ma peau et je ne me suis jamais demandée quels produits étaient utilisés pour blanchir les tampons et serviettes hygiéniques ?

Etant donné que c’est en contact direct avec nos muqueuses, je me suis dit, je passe au bio.

C’était la première étape. Assez vite, je me suis rendue compte qu’il y avait un choix assez limité de protections hygiéniques biologiques et que c’était assez cher.

Alors je me suis lancée, j’ai commandé sur Internet ma coupe menstruelle en silicone. Je n’ai pas commandé par Internet par gêne mais à ce moment-là les pharmaciens n’en proposaient pas (ne semblaient même pas savoir ce que c’était), ni les grandes surfaces, ça a changé depuis mais ça reste encore assez discret et confidentiel. Pour être tout à fait honnête, la coupe n’empêche pas le choc toxique, il est donc important de maintenir une bonne hygiène et de ne pas l’oublier dans votre vagin.

Bande-annonce du documentaire « tampon, notre ennemi intime ».

 

 

J’ai eu beaucoup de mal à comprendre les pliages (je vous conseille cette excellente vidéo qui présente les 9 méthodes de pliage) et il m’a fallu un peu de temps pour oser.

Au début, je ne vous mentirai pas, j’ai eu du mal à prendre le coup, surtout pour la retirer. Puis j’ai compris qu’il ne fallait pas avoir peur de mettre les doigts dans son vagin (il ne mord pas, la coupe ne peut pas s’y perdre et on ne va pas se blesser) et qu’il ne fallait pas tirer comme une malade, ça fait ventouse donc il faut pousser pour l’expulser tout en tirant légèrement en biais pour que la ventouse se décolle, si ça fait un bruit, c’est normal.

Maintenant, je gère ! Ça se passe très bien et ça fait un bail que je n’ai plus acheté de tampons ni serviettes.

Voyons maintenant les principaux avantages et inconvénients de la chose :

Les avantages de la coupe par rapport aux autres protections classiques

  • Economies : C’est un tel marché que c’est pour ça qu’on entend assez peu parler des coupes menstruelles.
    Il y a beaucoup à perdre pour les fabricants de protections jetables. Car en effet, la coupe en silicone est lavable et réutilisable, du coup on investit une fois dedans et on peut la garder plusieurs années. Budget économisé, selon vos habitudes de consommation environ 650 euros par an, avec ça vous pouvez vous faire un resto gastronomique avec votre chéri ou un week-end à Rome par exemple.
  • Zéro déchet: bon, je ne vous fais pas un dessin, la coupe ne produit AUCUN déchet à chaque utilisation, on la rince et on la remet en place.
  • Minimiser les risques santé : La composition des tampons reste un secret industriel mais des scientifiques argentins ont détecté des traces de glyphosate (le fameux désherbant potentiellement cancérigène dont on essaye de se débarrasser en Europe). Vous avez envie d’avoir du glyphosate en contact avec vos muqueuses ? Moi, non merci.
  • Connaître son flux: oui je sais que ça peut faire sourciller mais c’est une question que votre gynéco vous pose (tout comme votre généraliste vous demande de décrire vos selles – bon appétit si vous êtes à table). Alors oui, ça permet de mieux se rendre compte de la quantité réellement écoulée, de la couleur, de la texture (celles qui ne se sont pas encore évanouies peuvent continuer à lire- merci). Et là, je me suis rendue compte que les tampons n’absorbaient vraiment rien et que l’on perd infiniment moins de sang que ce que l’on croit. Oui, ce n’est pas glamour, je suis d’accord mais c’est notre corps et on a tout intérêt à l’apprivoiser.
  • Confort : à l’instar du tampon (mais en mieux), on ne sent rien et si on n’a pas de douleurs, on oublie tout à fait qu’on en porte. On peut donc danser, nager, marcher et même uriner avec (fini le problème de la ficelle imbibée d’urine). Vous pouvez même dormir nue sur des draps blancs. Confort et discrétion absolue.
OSEZ LA COUPE MENSTRUELLE - image 1
Crédits Pixabay

Les inconvénients :

  •  La manip : tout comme avec un tampon, il faut vous laver les mains avant et après et insérer l’objet dans votre vagin. Comme évoqué plus haut, c’est technique mais on prend le coup et ce n’est pas douloureux et on n’en met pas partout.
    •  Petite astuce perso, ne JAMAIS essayer de mettre de lubrifiant sur la coupe, elle ressortirait comme un suppositoire pour atterrir sur le sol de la salle de bains, faites-moi confiance, j’ai testé pour vous ! Pour les pliages, vous trouvez celui qui vous convient (moi, le pliage en C) et vous ne vous compliquez pas plus la vie ! Pour les techniques de pliage voir cette vidéo.
    • Ne tirez pas, ça fait ventouse, il faut choper la technique entre pousser pour l’aider à sortir et tirer en biais pour laisser l’air décoller la ventouse.
    • Vous allez flipper de perdre la coupe à l’intérieur mais ce n’est pas possible. Anatomiquement pas possible. Donc même si elle remonte un peu, vous pourrez toujours l’attraper, il faut juste y mettre les doigts, se détendre et s’y habituer.
  1. La stérilisation: au début et à la fin du cycle, il faut stériliser la coupe. Soit à la casserole dans de l’eau bouillante, soit au micro-ondes (les sites qui vendent les coupes vendent aussi un récipient pour la passer au micro-ondes), ou encore avec une pastille de stérilisation (les mêmes que pour les biberons). Honnêtement, ça prend 3 minutes, pas plus.
  • Il faut de l’eau : alors oui, quand on vide sa coupe, il faut la rincer avant de la remettre et pouvoir se laver les mains. Donc si vous n’êtes pas chez vous ou qu’il n’y a pas un lavabo dans les toilettes, ça demande plus d’effort. Comme d’avoir une petite bouteille d’eau avec vous ou des lingettes (ou même une cup de rechange). Mais même si vous passez progressivement à la coupe, en ne l’utilisant que chez vous pour commencer, vous allez voir que vous allez trouver les solutions. Beaucoup de femmes utilisent la coupe en voyage, en camping et en sont très satisfaites.
  • Les fuites : il peut arriver qu’il y ait des petites fuites (comme avec un tampon), dans ce cas là, un simple protège-slip et vous ne craignez plus pour votre lingerie. Si ça fuit vraiment beaucoup, ce n’est pas normal, soit la coupe est mal insérée, soit il y a un souci de taille.
  • Vous ne pourrez plus dire « tu n’as pas un tampon stp ? » : oui, c’est comme la cigarette électronique par rapport à la clope au goudron, socialement on perd quelque chose. Mais personnellement vous allez gagnez en confort.
OSEZ LA COUPE MENSTRUELLE - image 2
Crédits Pixabay

Pour conclure, si certaines sont décidées, il n’y a plus qu’à en acheter une.

On commence à en trouver en supermarché, au rayon des protections féminines. Sinon, vous trouverez un grand choix sur internet, avec pochette de rangement ou pas, de différentes couleurs, avec différentes tiges (boule, anneau, simple), de différentes tailles.

Franchement, le choix donne l’impression que c’est compliqué mais au fond, il n’y a que deux tailles, une pour les femmes n’ayant jamais eu d’enfant et une pour les autres.

Après chacune met ce qu’elle veut dans son vagin (les paillettes sont toutefois déconseillées).

Et pour en savoir plus sur les menstruations, vous pouvez allez à la Comédie des Trois Bornes voir le spectacle « Chattologie » dans lequel la comédienne Klaire réalise la performance de parler de règles en étant drôle. Un spectacle recommandé aux hommes.

 

 

 

 

Indiana
Indiana
Indiana Sendyk est une grande voyageuse qui a choisi de poser ses valises à Paris il y a 10 ans. Un peu ici et un peu ailleurs, son engagement pour les droits de l’Homme l’a emmenée aux quatre coins du monde du Kosovo au Nicaragua, d’Afghanistan au Burkina Faso en passant par le Timor-oriental. Dans son premier livre « Hôtel Méguétan », publié aux Editions La Découvrance, elle livre avec beaucoup d’humour un portrait mordant de son expérience au Mali en 2013 et des personnages truculents qu’elle rencontre lors de ses missions humanitaires. Quand Indiana est à Paris, capitale qu’elle aime passionnément, elle teste pour vous les nouveaux resto, bars, brunch et salons de thés. Elle va au cinéma, au théâtre et voir des expo.
http://bit.ly/2ky6CGP

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :