Vous êtes ici
Accueil > Mode & Beauté > Actualités > La beauté et le corps féminin dans l’histoire.

La beauté et le corps féminin dans l’histoire.

La beauté et le corps féminin dans l'histoire.

Episode 1

Depuis la nuit des temps, les femmes n’ont eu de cesse de vouloir se plier à un idéal féminin dicté par la société dans laquelle elles vivent ainsi que par les références artistiques et depuis quelques années par la publicité et les médias.

La beauté a toujours exercé une fascination dans sa tentative de se rapprocher de la perfection. Mais  la beauté est  essentiellement subjective, ce qui la rend insaisissable.

Les Hommes ont donc créé des normes qui doivent être respectées pour être considérées comme BELLES, normes qui ont considérablement varié au cours des siècles correspondant à des mesures, une harmonie et une combinaison de caractères.

 

La femme de la Préhistoire

Des Vénus datant du Paléolithique telle la Vénus de Willendorf ont été découvertes un peu partout en Europe.

Sculptées en os, ivoire ou pierre elles représentent des corps féminins avec de courtes silhouettes, visage souvent sans traits mais où les seins, ventre, fesses, cuisses et vulve sont hypertrophiés.

A l’inverse, les mains, pieds, membres supérieurs et, à un degré moindre, les jambes sont négligées.

La fonction exacte des ces Vénus n’est pas connue, elles  pourraient laisser à penser qu’il s’agirait d’idoles de la fécondité et de symboles de la fertilité : beauté et survie étant étroitement associées dans les premières représentations de l’idéal féminin.

Comme à cette époque, on ignore le rôle de l’homme dans la fécondation, les femmes sont donc « magiques » quand elles conçoivent et perpétuent l’espèce.

Quelle que soit l’explication, c’est l’image de la mère féconde et de ses attributs physiques volontairement exagérés qui marque cette ère pendant laquelle la survie de l’espèce était un enjeu quotidien.

La dame de Bassempouy, petite sculpture en ivoire de 3 à 4 cm de haut contraste avec son visage fin et délicat, seul visage de cette époque connu à cette époque : sa chevelure est très probablement tressée car les cheveux à cette époque sont souvent crépus (n’oublions pas que nous sommes tous africains d’origine !)

La femme de l’Antiquité

L’Egypte ancienne

La belle femme est une beauté africaine jeune, mince, élancée, musclée, mais avec des hanches et des fesses rebondies.

Elles recourent aux cosmétiques : la peau est peinte en ocre jaune et non en rouge, comme les hommes : la femme, qui veille sur la maison, est à l’abri des rayons du soleil.
L’œil, souvent exagérément ouvert, est souligné d’un trait de khôl qui intensifie le regard.
Pour hydrater leur peau, les femmes égyptiennes utilisaient de l’huile d’amande amère, de laitue, de cumin ou encore de lys !

Les Crétoises à la même période portent des dessous ressemblant un peu au corset étranglant telle partie du corps, comprimant telle autre, rembourrant une troisième pour modeler la femme selon les fantasmes de l’heure.

Bref, la recherche de la beauté idéale n’a rien d’une quête nouvelle pour la gente féminine.

Enfin, la femme idéale égyptienne est éternellement jeune.

L’époque Gréco-Romaine

Fait plutôt rare dans l’histoire au cours de laquelle la beauté  a plus souvent été associée à la gent féminine, les canons de beauté de la Grèce antique sont d’avantage symbolisés par les corps masculins, aux muscles saillants et aux membres athlétiques.

Le sport est presque un culte, synonyme de santé et d’esthétique.
Les femmes comme les hommes s’exercent au sport.
Leurs représentations, notamment sculptées,  arborent des abdominaux parfaitement dessinés, et si les jambes et les bras affichent quelques rondeurs, ils sont surtout élancés et fermes.

La femme idéale est donc jeune, athlétique, et bien proportionnée, la jeunesse devient aussi un facteur esthétique. La femme porte une tunique drapée qui ne contraint pas ses formes et s’attache plutôt à dissimuler ses seins.

Si l’idéal féminin était très naturel, cela n’empêchait pas les femmes de se peindre les lèvres avec de la terre rouge, de s’appliquer du safran sur les paupières et du noir de fumée sur les cils et les sourcils.

 

 La femme du Moyen-Âge

Au Moyen Âge, la beauté dérange, la femme est un objet de fantasmes et de désirs, depuis St Paul et St Augustin, elle est considérée comme l’œuvre du diable, tentatrice condamnée par l’Eglise toute puissante.

Tantôt désirée, tantôt redoutée, la femme idéale est illustrée dans l’art sous les traits de la Vierge,  simple figure de la maternité, elle est représentée sans aucun attrait physique et féminin surtout dans l’art roman.

Dans la société, elle est généralement dissimulée sous des vêtements amples, son corps doit obéir à des canons très particuliers.

La jeunesse, encore une fois, est exaltée : silhouette fine , la femme se doit d’être large d’épaule et d’avoir des seins petits, fermes et écartés, une taille de guêpe, des hanches étroites et un ventre rebondi.
La blondeur est également exaltée. Son teint doit être très pâle pour symboliser la pureté, mais aussi la richesse et l’oisiveté.
Le visage prend une importance particulière, le front haut, grand, afin de donner un air juvénile.
Les femmes s’épilent le front avec un mélange de chaux vive et de sulfure d’arsenic (!!) pour qu’il apparaisse plus grand.

Le maquillage étant interdit par l’Eglise, leur visage est sans artifice.

La semaine prochaine nous parlerons de la beauté de la femme de la Renaissance au XIXème siècle.

 

Marie France
Marie France
Bonjour, Je suis enseignante en retraite mais aussi mère de famille nombreuse mélangeant harmonieusement enfants biologique et adoptés, tous adultes maintenant. D'autre part, outre la mode pour femme ronde que j'aime et qui me passionne, j'aime lire de tout, connais et écris parfois sur des sujets d'histoire, de philo, de médecine, de sociologie et tout ce qui est culture générale. J'ai aussi pratiqué et animé des ateliers d'écriture, ai écrit de la poéie et ai fréquenté et participé deux ans à des scènes slam.

2 thoughts on “La beauté et le corps féminin dans l’histoire.

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :