Vous êtes ici
Accueil > Mode & Beauté > Actualités > Découvrez qui sont les In formes Elles

Découvrez qui sont les In formes Elles

in formes elles

Comme à mon habitude le jeudi soir,  j’étais entrain de farfouiller sur instagram à la recherche de rien en particulier, une brochette de yakitori bœuf au fromage dans une main et le téléphone dans l’autre. Quand tout à coup je suis tombée sur une photo qui m’a vendu du rêve. Une bande de filles (surement des copines) qui posaient chacune dans des maillots de bain de couleur différente avec pour fond une superbe cascade au milieu d’une nature verdoyante, des sourires bright dignes de vrais américaines avec les cheveux au vent. Je peux vous dire que dès lors que l’on est entouré de bâtiments, de métros, et de route remplis de parisiens qui braillent des choses incompréhensibles toute la journée, ce type de photo vous fait voyager en un quart de seconde.

Cela m’a surtout rappelé qu’il serait temps que je prenne des vacances. Mais tel n’est pas le propos du jour. J’ai trouvé cette photo super inspirante, car les femmes présentent sur cette image étaient toutes belles avec leurs morphologies différentes, et surtout assumaient leurs formes. Ainsi, un éclair de génie m’a traversé esprit, et je me suis dit « Mais ma chère, en France tu connais des filles aussi rayonnantes et glamour que cette bande de copine que tu pourrais interviewer ! De plus elles sont françaises donc tu ne seras pas obligée de massacrer la langue de Shakespeare  youhouuu ! ».

J’ai sauté sur  mon téléphone quelque jour plus tard, et me voilà avec Nini Paviot fondatrice du groupe des « In formes Elles ».

in formes elles 1

Il nous aura fallu plus d’un heure trente pour échanger sur qui était ce groupe de filles que l’on remarque en ce moment durant les défilés plus size  et ailleurs également. J’ai tout de suite voulu savoir qui était les In formes Elles et quel était leur but :

 

Nini: «C’est un plaisir de t’entendre Gigi, tu me demandes qui sont les In formes Elles ! Je vais tout te dire. C’est un groupe  que j’ai fondé avec sept femmes extraordinaires dotées de personnalités différentes, qui font le show en lingerie lors d’événements variés. Elles défilent avec un objectif commun : montrer que la femme avec des formes est sexy, glamour, belle, une femme épanouie dans toute sa splendeur. Et ce d’autant plus, quand elle porte des vêtements déshabillés comme des maillots de bains ou de la lingerie fine.

Un jour j’ai eu l’opportunité de défiler au salon du mariage en nuisette,  j’ai trouvé cela tellement magnifique. Ce sentiment de légèreté et de force à la fois  dans cette tenue était exceptionnel. Je n’avais jamais défilé dans une tenue où je m’étais sentie aussi sexy avant ce jour. Et ce malgré tous les regards braqués sur moi.

J’ai eu spontanément  envie de revivre cette expérience  le plus rapidement que possible. Et c’est ainsi qu’est née l’idée des In formes Elle : Créer un groupe de filles qui défileraient en sous-vêtement de façon sexy et avec force. »

in formes elles 3

Alors une question me vint naturellement, mais comment s’est monté ce groupe de femmes et quelle est leur philosophie? J’avais besoin d’en savoir plus :

Nini : « J’ai eu l’idée de réunir des femmes qui connaissaient déjà le monde de la mode Grande taille à Paris pour créer le groupe In formes Elles. Et notamment j’ai voulu le faire avec des personnes avec qui j’avais déjà une grande affinité dans la vie de tous les jours.

C’est suite à un échange avec Odile et Sabrina, amies qui allaient devenir des In formelles Elles par la suite, que j’ai trouvé le nom du groupe. C’était un mot dont la signification collait totalement avec l’esprit du groupe que je voulais créer.  Je voulais véhiculer l’idée d’un mouvement à contre-courant quelque chose d’informel.

Notre marque de fabrique est de défiler en lingerie, le but étant de nous démarquer et apporter quelque chose de différent dans le monde des défilés plus size.

Aujourd’hui nombreux sont les créateurs  qui veulent magnifier la femme ronde en l’habillant.  Nous nous voulions rappeler à tous que la femme ronde est également belle en lingerie et prouver que cela est sexy et pas forcément vulgaire. »

 

Je comprenais Nini. Elle venait de mettre le doigt sur quelque chose d’important. Les femmes rondes sont belles habillées c’est indéniable mais elles le sont également en déshabillé.

Il est vrai que sur les podiums les créateurs de vêtements sont très présents. Toutefois, les défilés présentant des mannequins portant de la lingerie ou des sous-vêtements eux restent à la marge.

Est-ce dû au nombre de créateurs s’intéressant à l’affaire ? Ou à l’image que renvoie  la femme ronde en sous-vêtement ? Personnellement je n’en sais rien, mais une réelle réflexion s’imposait à ce sujet. D’ailleurs Nini me confiait judicieusement ceci :

 

Nini :« Les In formes Elles ont envie de véhiculer une image différente  de celle que l’on a l’habitude de voir sur les podiums grande taille.

Nous voulons participer au développement de la promotion de la lingerie pour les Plus Size. Mais surtout nous voulons par cette démarche ouvrir les esprits. Nous avons pu observer de nombreux jugements depuis que nous défilons.

Nous avons de très bons retours dans l’ensemble. Mais nous avons également des remarques qui peuvent être plus dures. Les plus complexes à gérer sont celles provenant du monde des Plus size.

Nos shows sont avant tout du domaine artistique. Nous sommes amenées à défiler en lingerie mais également à faire des représentations chorégraphiées habillées. L’un dans l’autre nous travaillons à ce qu’il n’y ait aucune connotation trop sexy ou vulgaire dans nos shows.

Nous faisons attention à nos choix artistiques pour éviter toute confusion ou sexualisation. Car  défiler en lingerie n’est pas chose facile mais nous travaillons énormément à notre image.

Aujourd’hui au sein du groupe nous sommes des femmes actives, mamans, en couple, âgées de plus d’une trentaine d’années. Nous voulons donc donner envie aux autres femmes de se sentir belles, épanouies, désirées et désirables en allant contre les dictats de la société qui voudrait nous faire croire que dès lors que l’on a des formes, on devraient se cacher. »

in formes elles 4

Sacré message. Cela m’a donné à réfléchir c’est certain. Du coup, j’ai eu envie de savoir quelle était l’actualité des In formes Elles et de quoi rêve cette fondatrice pour son groupe :

 

Nini : « Bien que nos shows soit très variés, nous avons principalement fait des défilés simples, ou des défilés chorégraphiés sous forme de tableaux cette année. D’ailleurs, c’est l’une de nos In formes Elles qui crée et met en scène nos chorégraphies : Edwine, dit Edou Chery.

En ce moment, nous sommes en préparation de shooting avec plusieurs partenaires.

Pour l’avenir, j’ai plusieurs projets pour les In formes Elles, mais dans l’immédiat nous sommes en phase de « travail ». Nous prévoyons de nouvelles tenues, nous retravaillons notre communication et  réfléchissons au statut juridique de notre groupe. En résumer, nous avons beaucoup de chose à mettre en place dans les prochains mois.

Chacune de nous travaille, et fournie sur son temps personnel beaucoup d’énergie à promouvoir notre image et développer notre communication.

Malgré cette phase de travail, nous sommes ouvertes à toutes propositions de représentation ou de shooting. D’ailleurs bientôt nous mettrons en ligne notre vidéo de présentation pour ceux et celles qui voudrait en savoir plus sur notre groupe. »

Je me montre un peu plus insistante, car je veux savoir de quoi Nini rêve pour les Informes Elles :

in formes elles 2

Nini : « Dans l’immédiat, je rêverais que le groupe soit repérer par un créateur , pour qui nous serions des muses ou égéries.

Nous avons participé au début de l’année au défilé de Malia Indigo une canadienne venue organiser la «  Paris Plus size fashion show ». Durant cet événement nous avons fait l’ouverture et la clôture des défilés. Cela a été une superbe opportunité et surtout un super moment avec les filles. La venue de Malia a réveillé ma part de rêve américain. Je me suis mise à imaginer qu’un jour nous pourrions être en capacité de proposer notre propre défilé. Un show où nous serions les seules mannequins en représentation. Où les créateurs viendraient nous habiller et proposer leurs nouveautés en lingerie. »

 

Grande curieuse que je suis, je me suis demandée ce qui empêchait aujourd’hui les Informes Elles de créer leur propre évènement ou simplement d‘atteindre les rêves que Nini avaient pour elles, la réponse est arrivée très vite :

 

Nini : « Aujourd’hui l’aspect financier joue pour beaucoup dans l’évolution de mon groupe. Pour le moment faire de la communication autour de qui nous sommes est la première étape pour l’atteinte de nos rêves. J’ai envie d’ouvrir à tous (au-delà des habitués) les événements du monde de la Plus Size.

Être reconnues au niveau de tous les médias, notamment ceux que regarde ou écoute le français serait une grande victoire. Mais cela n’est pas chose aisée. Mais j’y arriverais c’est certain, j’y travaille grandement. »

 

Une telle détermination me pousse à demander à Nini qu’est-ce qui l’anime au sein de ce groupe des In formes Elle :

 

«  L’osmose entre les filles et notre public lors de nos défilé m’anime. Ce sont des moments inoubliables pour moi.

Je me rappelle de nos deux premiers défilés qui ont été plus qu’extraordinaire tant l’osmose était palpable.

Nous travaillons beaucoup comme je te l’ai dit tout à l’heure, et lorsque l’on a des retours positifs cela nous  porte pour continuer à faire mieux. »

in formes elles 5

Il y a-t-il eu des temps forts depuis que les In formes Elles existent ?

 

Nini : «  Oh il y en a eu plein !! Après j’en retiens un en particulier. Lors de la création du groupe  nous défilions principalement avec de la lingerie proposée part des créateurs de prêt à porter.

Un jour j’ai décidé de reprendre contact avec une créatrice couturière amatrice que je connaissais depuis un certain temps. Nous avions démarré dans le monde de la mode plus size quasiment en même temps et ce entant que modèle.

Cette rencontre à marquer un tournant pour les In formes Elles, car cette styliste couturière bien qu’elle soit amatrice, elle nous à créer des tenues qui collaient avec les désirs et personnalités de chacune d’entre nous. Cela a été une rencontre très riche et a marqué un virage pour nous. Je lui suis très reconnaissante pour sa collaboration et elle fait partie aujourd’hui du cœur des In formes Elles. »

 

Il semble se dégager un réel plaisir à évoluer au sein de ce groupe, alors ma question suivante me parait pertinente, les In formes Elles recrutent-elles de nouvelle tête et personnalité ?

Nini : «  Ce qui compte le plus pour moi au sein du groupe, c’est que les filles soient biens et que l’on s’entendent toutes. La cohésion est importante pour moi ainsi que le fait qu’on reste uni.

Aujourd’hui je souhaite profiter un maximum de cette ambiance. J’ai également des projets en cours qui font que je ne souhaite pas changer notre fonctionnement.

Une fois que j’aurais une vision plus claire sur nos projets en cours, j’envisagerais d’intégrer d’autres filles. Mais pas plus que deux personnes.

Je désire que l’on reste à taille humaine dans le groupe qui est aussi une famille.

Si demain je devais recruter, je n’ai pas envie de lancer de casting pour la simple et bonne raison que je suis plus une chasseuse de tête. Quand je serais décidée je me lancerais et j’irais chercher les filles qui m’intéressent au vue des projets que je visualise. »

 

D’accord mais Nini il serait bien que tu nous fasses rêver un peu, alors je lui demande de  raconter 24h d’une vie d’In formes Elles :

 

Nini :   « Une In formes Elles qui a un défilé, prépare sa valise habituelle remplie de tout ce qui peut être utile pour son défilé. Elle doit dormir la veille suffisamment tôt pour ne pas avoir les traits tirés. Et surtout parce que les journées dans le monde de la mode sont particulièrement éreintantes et prenantes.

De plus défiler en nuisette peut générer du trac donc il faut se mettre dans les meilleures conditions psychologiques. Donc les In formes Elles ont pour mot d’ordre de faire tout ce qui peut leur permettre de se vider la tête la veille.

On s’organise le jour du défilé pour se retrouver toute ensemble à un point de rendez-vous, puis nous partons ensemble sur le lieu du défilé. Nous prenons le temps d’être entre nous et nous savourons le plaisir de nous retrouver.

Une fois arrivées sur le lieu, nous répétons, passons aux essayages, au maquillage, puis nous faisons un filage avec les dernières mises au point.

Le plus important, nous nous motivons et essayons de prendre conscience de l’instant présent pour prendre un maximum de plaisir. Nous donnons tout ce que nous avons sur le podium, afin d’être heureuses à la fin.

Nous nous  félicitons et débriefons avant de reprendre la route. En effet, nous passons beaucoup de temps à identifier nos points d’améliorations, car nous  essayons de progresser à chaque prestation. D’ailleurs nous participons à des ateliers en dehors des défilés pour apprendre à marcher, avoir la posture adéquate, ce qui représente beaucoup de travail. Nos emplois du temps chargés compliquent la chose, mais nous faisons tout pour présenter des shows de qualité et structurés.

Et nous restons à l’écoute de chacune d’entre nous pour garder la fameuse osmose qui nous définit. Voilà 24 heures dans la peau d’une In formes Elles. »

 

Cela m’a l’air assez dense comme rythme, la fainéante en moi voudrait savoir quelle est le secret des In formes Elles pour être aussi rayonnantes avec ce rythme :

 

Nini : «Si j’ai un conseil beauté c’est de faire du sport, pour se fabriquer le corps que l’on a envie, de se sculpter. Dit la plus grande fainéante  sportive du monde ! Je déteste le sport mais il n’y a que cela qui fonctionne en vrai. Surtout lorsque l’on est modèle photo ! Les shootings qui  durent facilement 4h demandent de s’entretenir physiquement pour tenir.

Et si j’avais un conseil mode se serait de ne suivre que vous même. J’ai toujours eu un style en marge des tendances.  Habillez-vous comme vous le sentez !! »

 

Je n’aurai pas mieux dit sacrée Nini. Une dernière question pour la route. J’ai voulu savoir qui inspirait Nini et lui avait donné envie de se lancer dans cette aventure :

 

Nini : «  Je n’aime pas idolâtrer les gens.  Par contre j’aime m’inspirer des gens, j’aime les bonnes pratiques. Il y a pourtant deux personnes qui me poussent et qui m’ont énormément inspirée.  La première je la considère comme mon mentor : Niki Colombe, c’est une femme extraordinaire qui m’a beaucoup poussée. Son parcours en tant que modèle, qu’entrepreneur, force à m’inspirer. Je lui suis très reconnaissante de son soutien.

L’autre personne est Veronica vee vee Dee curvy, car je vois son Art au quotidien.  Je vois comment elle s’assume en tant que curvy et à quel point elle travaille. C’est une vraie artiste déterminée.

J’admire vraiment ces deux femmes, se sont de vraies bosseuses. »

Il y a beaucoup de femmes que je suis sur les réseaux sociaux.

Voir toutes ces femmes évoluer me booste. Toutes celles qui poursuivent leurs rêves, m’inspire parce que leurs réalisation son palpable.

D’ailleurs je souhaite dire un grand merci à toutes les personnes que j’ai pu rencontrer de loin ou de près. Qui d’une part m’ont donné envie d’être modèle curvy, et d’autre part m’ont encouragé et pousser à continuer avec les In formes Elles. »

 

Je sens à ce moment que nous approchons de la fin de notre interview et qu’un brin de nostalgie se fait ressentir. Nini continue et conclut :

 

Nini : « Être modèle a été ma thérapie, chaque rencontre m’a aidé que ce soit les photographes, maquilleuses, créateurs, ou simple spectateur dans ce monde la plus size. Les bonnes personnes et les mauvaises également.

J’ai une pensée spéciale pour Carole D’Alexis qui sans même le savoir m’a beaucoup aidée. Elle m’a permis de démarrer dans le monde des Plus size. Et c’est à partir de là que  j’ai rencontré des personnes formidables. »

 

Nini m’explique qu’elle est de nature plutôt discrète mais elle a su développer un caractère plus présent et affirmé grâce aux In formes Elles. Elle cite ainsi Odile, Sabrina, Alexandra, Edwine, Marjorie, Valérie qui sont les femmes sans qui rien n’aurait été possible, ses In formes Elles.

in formes elles

C’est ainsi que ce fini mon échange avec Nini Paviot, fondatrice du groupe des In formes Elles. Durant cette interview il y avait tant à dire tant ses femmes font un travail formidable. J’espère les voir bientôt sur les podiums car leurs valeurs et espoirs pour le monde de la plus size sont plus que louable.

 

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :