Vous êtes ici
Accueil > Bien-être > #FREE PERIODS : Nouveau combat des femmes

#FREE PERIODS : Nouveau combat des femmes

#FREE PERIODS : Nouveau combat des femmes
calendrier menstruel
Conçue par Makyzz – Freepik.com

Rose. Couleur attribuée à la femme. Couleur de la taxe qui nous pénalise.

Saviez-vous que l’eau, la nourriture sont moins chers qu’une protection périodique à cause de cette taxe rose ?

En 2015, le collectif féministe Georgette Sand s’est battu pour que la taxe de 20% sur les protections périodiques passe à 5.5 %.

Cela aurait permis aux tampons et serviettes hygiéniques d’entrer dans la catégorie des produits de première nécessité, comme l’eau, les denrées alimentaires et même les préservatifs !

En effet, qui peut dire que l’on choisit d’avoir ses règles ? Fait intéressant : on estime le coût des protections à 1500 euros par femme au cours d’une vie.

Un combat universel

Ce débat fait rage Outre-Manche où 1 anglaise sur 10 ne peut se payer des protections périodiques.

Les jeunes filles adoptent alors des solutions que l’on pourrait qualifier de purement archaïques et utilisent aussi bien des torchons que leurs chaussettes pour se protéger durant cette période.
Certaines mêmes ne viennent pas à l’école du fait de leur absence de protection.

Amika George, une anglaise de 17 ans, a lancé en Décembre 2017 une pétition intitulée #freeperiods pour alerter les pouvoirs publics.
Elle propose ainsi aux établissements scolaires qui possèdent une liste de leurs élèves précaires, d’étendre la gratuité de certains services comme la restauration, à la prise en charge de leurs protections hygiéniques.

Où en sommes-nous en France ?

Deux ans après l’intervention des associations, on peut remarquer que rien n’a vraiment changé.

La taxe rose est toujours là. Quelques timides initiatives voient le jour.

Ainsi, en région Ile-de-France, le conseil régional prévoit de copier une initiative américaine en installant des distributeurs de tampons et de serviettes dans les lycées.

Seulement, il est de notre devoir de femme de ne pas nous contenter de ces quelques mesures.

Pour rappel, en Novembre 2017, le Samu Social sonnait l’alerte et livrait un chiffre effrayant : 22 % de femmes dans les rues.
Il y a pour l’instant peu ou pas d’initiatives permettant de fournir à ces femmes des protections. gratuites.

Il est urgent de créer des initiatives comme celle d’Amika George afin d’aider ces femmes !

#FREEPERIODSFRANCE

Cara
Salutations à tous ! On m’a baptisée sous le nom très commun de Marie, mais j’ai vite adopté le nom de Cara. Afin de me déguiser mais aussi parce qu’il reflétait davantage mon tempérament méridional. Professeur de Lettres, passionnée par les voyages, je fais partie d’un blog de critiques de cinéma. J’aime passionnément la mode, car elle me permet d’être un caméléon qui se transforme au fil de ses humeurs. Pour vous, j’écrirai sur les sujets qui me tiennent à cœur, qu’ils soient coup de gueule ou coup de cœur. Au plaisir d’être lue et parcourue par vos yeux chers lectrices et lecteurs de Ronde et Glamour.
http://www.ecrandarret.com/

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :