Vous êtes ici
Accueil > Actualités > Comment faire son deuil du corps idéal ?

Comment faire son deuil du corps idéal ?

Pour certains le mot deuil peut sembler exagéré.

Comprenons que lorsque nous passons la plus grande partie de notre vie à se critiquer et se comparer pour constamment tenter de modifier notre corps, le mot deuil prend son sens.

Le corps idéal n’existe pas, nous le savons parfaitement, mais cela ne nous empêche pas d’essayer de l’atteindre inconsciemment.

Je parle d’inconscient parce que plusieurs se disent : “Je ne veux pas le corps parfait, je veux simplement que mes cuisses soient moins larges, que mon ventre soit plat’’ etc.

Si le manque d’acceptation de certaines parties de votre corps vous empêche de vous aimer, de vous réaliser et de vous valoriser, il y a donc une idéalisation du corps idéal qui est différente pour chacune.

Comment faire son deuil du corps idéal-Photo by Taylor Smith on Unsplash
Photo by Taylor Smith on Unsplash

Comment faire pour cesser cette idéalisation?

En premier lieu, il faut comprendre l’importance qu’on accorde au corps que l’on considère parfait. Il s’agit souvent d’une relation cause à effet.

-Lorsque j’aurai perdu 10 kilo, je pourrai avoir la confiance pour mettre un bikini.

-Lorsque j’aurai perdu du ventre, je pourrai enfin rencontrer l’amour.

-Lorsque je serai mince, je serai enfin valorisée par mes pairs.

-Lorsque je maigrirai, je serai perçu comme une femme en santé.

-Lorsque je perdrai du poids, je pourrai enfin m’aimer.

Je comprend tout à fait ce train de pensées car je l’ai vécu aussi. On associe la perte de poids ou notre perception du corps idéal à ces éléments ce qui nous empêche de réellement les ressentir car l’équation est erronée.

La perte de poids n’est pas la solution au manque d’amour, de valorisation, de confiance en soi ou même de la santé.

Ce sont nos pensées et nos actions faites venant du cœur qui permettent de créer un réel changement.

Lorsqu’on fait place à ceux-ci, on entre dans une zone de vulnérabilité et d’inconfort qui devient beaucoup moins effrayant à force de faire face à nos peurs et déclencheurs (ex: jugements des autres)

-J’ai envie de mettre un vêtement que j’aime, je développe ainsi une confiance en moi à force de le faire. (action)

-Je sors faire de nouvelles rencontres, car je peux trouver l’amour peu importe la taille de mon corps (action +pensée)

-Je tiens à ma santé, alors je deviens plus active en prenant des marches et je prends de meilleures habitudes alimentaires, tout en prenant soins de ma santé mental du mieux que je peux. (action+pensée).

Comment faire son deuil du corps idéal -Photo by Matheus Ferrero on Unsplash
Photo by Matheus Ferrero on Unsplash

En d’autres mots, faire le deuil du corps idéal c’est enlever toute la valeur qu’on y accorde en comblant nos besoins manquants avec le corps que vous avez présentement.

Cela vous aidera à renforcer votre estime.

Pour cela, aussi difficile que cela puisse être, il faut oser parce que :

‘’Ce que tu penses tu le deviens.

Ce que tu ressens, tu l’attires.

Ce que tu imagines, tu le crées.’’

-Bouddah

Répétez ce qui suit tous les jours.

Avec mon corps actuel, je peux:

Avoir confiance en moi;

Être aimé;

Améliorer ma santé;

être valorisée;

mais surtout, je peux m’aimer comme je suis.

Comment faire son deuil du corps idéal -Photo by Charis Gegelman on Unsplash
Photo by Charis Gegelman on Unsplash

Vous souhaitez avoir des publications quotidiennes sur l’acceptation de son corps, suivez-moi aussi sur mes réseaux.

https://www.facebook.com/daphnee.chery.TRA/

https://www.instagram.com/daphnee_chery/?hl=fr-ca

Daphné
Daphné
Bonjour, je m’appelle Daphnée Chery, thérapeute en relation d’aide. Je me spécialise dans l’accompagnement des femmes dans leur parcours vers l’amour de leur corps pour vaincre leurs insécurités et gagner en liberté d’être. J’ai 30 ans et j’ai moi-même souffert d’un grand manque d’estime de soi la plus grande partie de ma vie. Je mettais toute ma valeur sur mon apparence au point où l’approbation de celle-ci était une preuve d’amour à mes yeux. ‘’Contrôler mon corps pour mieux être aimer’’, était ma devise inconsciente. Le travail sur soi est difficile et sans fin, l’envie d’abandonner et de retourner dans une certaine zone de confort, refont surface parce que tenter de se conformer aux standards de beauté de la société, est moins confrontant que de sortir du lot et d’oser aimer sa différence, malgré les opinions contraires aux nôtres. Je peux dire aujourd’hui que j’ai un amour profond pour mon corps grâce à mon choix de travailler sur moi. Malgré les hauts et les bas, je ne regrette rien car la liberté n’a pas de prix!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top
%d blogueurs aiment cette page :